Je retombe sur l'email du Steve Jobs paternaliste et lénifiant, vendant Apple comme un modèle de vertu : "no porn" sur l'AppStore. Mais aussi vitupérant contre ces programmes qui volent vos données personnelles, qui vident vos batteries. Merveille de la communication, élévation du marketing en idéologie. Et journalistes transformés en apôtres, évèques, curie, qui célèbrent chaque "keynote" comme une bulle papale. Il est heureux que Tim ne soit pas à la hauteur de Steve. 

Je veux deux softs : je veux un player de musique multipistes, avec un format de musique multipistes, et des enregistrements d'album en multipistes, lequel format dépasse la console d'enregistrement et de mixage. Je veux pouvoir isoler les instruments, les pitcher, les réinterpréter. Je veux des tablatures automatiques et une fonction karaoké. Pourquoi la musique n'a-t-elle pas techniquement évolué depuis le CD ?

Je veux un Assistant personnel bancaire. Puisque la bourse se résumé à du High Frequency Trading, pourquoi ne puis-je pas avoir mon donneur d'ordres personnel, programmable et automatisé? 

Groupon se désintègre à Wall Street, avec un titre divisé par 10 en un an. Rien ne peut me faire plus plaisir, plaisir obscurci par le modèle, qui a flingué porteurs (sauf série A) comme commerces. Comment ne pas avoir anticipé que la base du commerce, la fameuse clientèle, basée sur une autre base, la fidélisation, n'a pas de mise dans un système à la Groupon?