On avait le Comité des forges, qui a donné l'UIMM. Le textile. Le luxe. L'argent. Il semblerait qu'à l'instar des US, les telcos veuillent leur part du gateau équivalent à leur pouvoir économique. Ils ont réussi à maitriser le Conseil Economique et Social du numérique (le CNum). Ils passent maintenant à l'offensive. A suivre.

iMessenger, SABAM, même combat. Tout ce qui compte, dans la société de l'information, c'est le contrôle du signal. Une part de sa propriété dans sa diffusion. Donc son transport physique, numérique, son codage, son interprétation. Fibre, satellites, licences d'emission, protocoles, codage, rendu. Au fur et à mesure, les couches sont inventées, appropriées, rentabilisées, expropriées, commonisées; le fin du fin restant la propriété du signal émis. Vu les désintermédations, quelle propriété, sur quel marché?

Je ne comprends pas le FESF. Les Etats Européens, qui sont dégradés et ne peuvent se refinancer par la dette, montent un machin qui se refinance par la dette de ses créateurs? Et on fait quoi, avec ce truc temporaire qui va devenir permanent? On zappe la BCE et son orthodoxie budgetaire et on fait marcher la planche à billet? Et on fait comme les US? On va finir par les avoir, nous les "développés" nos émeutes de la faim...

Si ces cons n'étaient pas écolos, j'aurais voté pour eux. Enfin, pour leur boss